Électrolysé – épilation définitive

Plus connu sous le nom d’hyperpilosité, l’hirsutisme est une augmentation excessive de poils dans les parties du corps généralement lisses (imberbes) à savoir le visage, le ventre, les fesses, le thorax et le dos chez la femme. Il est différent de l’hypertrichose qui est un accroissement normal de la pilosité féminine.
L’hirsutisme démarre avec les premières règles et progresse au fil du temps.
Affectant 5 à 10% des femmes, il est dû à un déséquilibre hormonal qui provient parfois de la génétique et peut à long terme causer des problèmes de fertilité.
C’est pour cette raison qu’il est primordial de faire appel aux services d’un professionnel de la santé à partir du moment où les premiers symptômes de la pathologie commencent à se montrer.

En gynécologie, on différencie l’hyperandrogénie ovarienne (ovarienne), surrénale (surrénalienne) et mixte. Hyperandrogénie chez les femmes peut être primaire et secondaire (en violation de la régulation hypophysaire), être héréditaire et acquis caractère. Hyperandrogénie est absolue (avec une augmentation des taux d’androgènes dans le sang), mais le plus souvent (avec une quantité normale de androgènes, mais leur augmentation du métabolisme sous une forme plus active ou une utilisation accrue dans des conditions extrêmement sensibles pour les organes cibles – les ovaires, la peau, sébacées, sueur glandes et follicules pileux).
La forme de développement des transports hyperandrogénie chez les femmes a été notée par une carence liant les stéroïdes sexuels globuline (GSM), l’activité de blocage de la fraction libre de la testostérone (pour le syndrome de Cushing, hypothyroïdie, dyslipidémie). Hyperinsulisme compensatoire dans la résistance à l’insuline pathologique des cellules cibles favorise l’activation des cellules androgènes sécrétant du complexe ovarien-surrénalien.

Dans 70-85% des femmes atteintes d’acné hyperandrogénie est observée dans les paramètres normaux d’androgènes dans le sang et une sensibilité accrue des glandes sébacées à eux en raison de la densité accrue des récepteurs hormonaux de la peau. Le régulateur primaire de la prolifération et de la lipogenèse dans les glandes sébacées – dihydrotestostérone (DHT) – stimule l’hypersécrétion et des changements dans les propriétés physico-chimiques de sébum, conduit à la fermeture des conduits de sortie des glandes sébacées, la formation de comédons, l’acné et l’acné.

Hirsutisme est associée à une hypersécrétion d’androgènes dans 40-80% des cas, dans d’autres avec conversion de puissance de la testostérone en DHT plus actif provoquant la croissance excessive des cheveux dans les zones androgenchuvstvitelnyh de base du corps féminin ou perte de cheveux sur la tête. En outre, les femmes peuvent souffrir d’hyperandrogénie iatrogène causée par la prise de médicaments ayant une activité androgénique

Selon divers auteurs, les états hyperandrogéniques sont diagnostiqués chez 10 à 30% des patients gynécologiques (Rogovskaya SI, 2002). L’AG se manifeste par une combinaison de signes de lésions cutanées et d’appendices (séborrhée, acné, hirsutisme, alopécie) caractérisés par le terme «dermopathie androgénique-dépendante» qui aggrave considérablement les relations sociopsychologiques et interpersonnelles chez la plupart des patients, provoquant souvent anxiété, dépression et qualité de vie. À cet égard, le problème de l’AG n’a pas seulement une signification médicale, mais aussi sociale.

Il existe plusieurs solutions curatives en ce qui concerne l’hirsutisme car il se traite de différentes manières.
Les méthodes auto-administrées (décoloration, rasage poils et certaines d’entre elles, déclenchent même des irritations cutanées., épilation à la cire ou au fil, crème dépilatoire, etc.) sont des moyens de guérison à court terme, qui peuvent être appliqués par les personnes atteintes elles-mêmes. Néanmoins, elles n’entravent pas définitivement la pousse des poils.
On peut aussi noter comme remèdes anti-hirsutisme le traitement au laser et l’électrolyse , sauf que la technique la plus efficace reste l’électrolyse.
Depuis plus de 100ans, l’électrolyse est la seule méthode d’épilation reconnue. Cette technique permet l’élimination permanente des poils, grâce à l’insertion d’un filament à la racine du follicule pileux et l’application d’un faible courant électrique qui coagule les cellules responsables de la pousse des poils. C’est justement la raison pour laquelle on peut garantir à 100% que l’épilation sera définitive, tout an planifiant stratégiquement les séances.
Concernant la douleur c’est certainement le cas pour les autres techniques prétendant aussi une épilation une épilation définitive, mais de nos jours, il existe différentes manières d’éviter la douleur par l’usage de produits anesthésiques topiques ou locaux.
Pour les cicatrices, ils sont extrêmement peu fréquentes, contrairement aux autres techniques. Cependant des cas existent mais uniquement parce que l’épilation n’a pas été effectué correctement.
Ce qui est absolument certain, que la patiente soit entre des mains expertes (un paramédical), afin d’avoir un très bon résultat avec une peau belle et douce, qui le restera pour toujours.